Actualités

RESTITUTION DE L’ETUDE SUR LES FONCTIONNAIRES DE LA RUE DE 40

5 Janvier 2016

RESTITUTION DE L'ETUDE SUR LES FONCTIONNAIRES DE LA RUE DE 40

Avec l'appui financier de l'UNFPA, le Centre de Support en Santé International a réalisé une enquête auprès des « fonctionnaires de la rue de 40 » dans le 1er, 7ième et 9ième Arrondissements de la ville de N'Djamena. L'objectif principal de l'étude était d'identifier les connaissances, aptitudes et pratiques (CAP) de ces jeunes gens en matière de santé de la reproduction.
A noter que les « fonctionnaires de la rue de 40 », c'est le nom (péjoratif) donné aux jeunes tchadiens qui effectuent, de façon informelle, des travaux domestiques chez des particuliers à N'Djaména, dans les quartiers Nord/Est, situés aux alentours de la rue de 40m. Ces jeunes (garçons et filles) sont, pour la plupart, le produit de l'exode rural qui constitue de nos jours, un fléau social au Tchad. A N'Djaména, ces jeunes vivent dans les quartiers périphériques (Est et Sud-Est de la ville), et sont souvent entassés à plusieurs (garçons et filles parfois) dans une même chambre. Le nombre exact des « fonctionnaires de la rue de 40 » est méconnu, mais il se chiffre probablement à plusieurs milliers de personnes.
A cet effet, un échantillon de 418 personnes a été retenu pour cette étude dont les résultats démontrent une certaine méconnaissance du groupe cible sur les questions liées à la santé de la reproduction. Cette méconnaissance se justifie par leur niveau d'instruction en moyenne très bas et leur exclusion des autres groupes de la société. En effet :
• Plus de la moitié (53,5%) de l'échantillon méconnait la provenance du VIH/SIDA.
• 65% des personnes enquêtées n'utilisent aucune méthode de contraception. 
• 10,5% des femmes de l'échantillon ont eu leur première grossesse avant l'âge de 15 ans.
L'enquête a recommandé, dans ses conclusions, des approches à adopter dans le futur en faveur de ce groupe cible qui sont notamment: 
• des services SR à leur offrir à travers les ONG/Associations de terrain en collaboration avec les structures sanitaires des zones de responsabilité sanitaire dont dépendent ces « fonctionnaires de la rue de 40 » ;
• des émissions radio en langues locales, des focus group et des sketchs de rue sur des thèmes comme : la contraception, la prévention et la prise en charge des MST/VIH, la CPN.
L'UNFPA, qui appui le Gouvernement du Tchad dans la fourniture des soins de santé sexuelle et de reproduction tout au long du cycle de vie des femmes et des jeunes, et qui a commandité cette enquête CAP auprès de ce groupe social, a signé un Plan de Travail Annuel (PTA) avec le CSSI afin de mettre en œuvre ces recommandations très pertinentes. Le calendrier de mise en œuvre dudit programme, a prévu l'organisation d'une Assemblée Générale (AG) avec les partenaires et acteurs concernés ainsi que la population cible.

L'objectif général de cette enquête est d'interpeller la conscience des décideurs politiques sur le phénomène des « fonctionnaires de la rue de 40 » et sur la nécessité de les prendre en compte dans l'élaboration et la mise en œuvre des programmes et projets nationaux de développement.